Le traitement des eaux usées par des jardins filtrants à blueEnergy Nicaragua

Le traitement des eaux usées par des jardins filtrants à blueEnergy Nicaragua

Chaque année, le 22 mars, la Journée mondiale de l’eau met en lumière un aspect spécifique de l’eau douce afin d’attirer l’attention sur l’importance de la bonne gestion de cette ressource au niveau global. En 2017, la Journée Mondiale de l’Eau met à l’honneur les « eaux usées », une thématique qui résonne particulièrement dans les murs – mais surtout dans les jardins – de blueEnergy Nicaragua depuis quelques mois.

De l’importance des eaux usées

A l’échelle de la planète, alors qu’au moins une personne sur quatre sera susceptible de vivre dans pays affecté par des pénuries d’eau chroniques ou fréquentes en 2050, plus de 80% des eaux usées résultant de l’activité humaine sont aujourd’hui déversées dans les rivières ou dans la mer, sans être réutilisées et sans aucune dépollution[1].

Ce constat se vérifie dans la majorité des pays d’Amérique Latine et des Caraïbes, où 124 millions de personnes n’ont pas accès à l’assainissement et où plus de 75% des eaux résiduelles sont déversées dans l’environnement sans aucun traitement, entraînant la contamination massive des sources d’eau potables disponibles[2].

C’est aussi le cas de Bluefields, située sur la Côte Caraïbe Sud du Nicaragua, où la population ne dispose d’aucun système d’évacuation ou de traitement des eaux usées. Celles-ci sont donc directement déversées dans les cours d’eau et les canaux ouverts, et finissent inévitablement leur trajectoire dans les nappes phréatiques de la ville et dans la baie, augmentant un peu plus chaque jour un peu le niveau de pollution de la ressource.

IMG_3475

Baie de Bluefields, capitale de la RACCS, Nicaragua

[1] Source : http://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/water-and-sanitation/

[2] Source : https://www.unicef.org/lac/

Pour faire face à ce problème, en 2016, l’équipe Eau et Assainissement de blueEnergy Nicaragua a réalisé son premier projet pilote de jardins drainants écologiques afin de traiter les eaux usées de deux des maisons de son campus (Casa Tuba et Casa Ninfa). Cette expérimentation avait pour objectif de tester l’efficacité de ce système pour le traitement des eaux grises[1] (c’est à dires les eaux provenant de la douche, de la vaisselle ou du lavage de surface par exemple) avant d’en faire bénéficier les populations de la Côte.

[1] A la différence des eaux noires, qui proviennent des toilettes. Pour éviter la contamination des sols par les eaux noires, blueEnergy préconise le recours à des latrines sèches.

DSCN1278

Construction du jardin drainant sous la direction d’Yvan Etienne à blueEnergy Nicaragua

Qu’est-ce qu’un jardin drainant ?

Le jardin drainant ou biojardinera en espagnol, est un système de traitement des eaux grises idéal pour les jardins caribéens (à condition que la terre ne soit pas trop argileuse), à la fois utile et esthétique dans lequel les familles peuvent aussi faire pousser des plantes nutritives et décoratives comme les heliconias, le gingembre, ou encore le lys d’eau.

Schéma Biojardinera

Schéma du jardin drainant, in Biojardinera en mi Huerto Caribeño, blueEnergy 2017

Un jardin drainant écologique est constitué de 4 éléments principaux :

  • Une conduite d’évacuation des eaux grises sortant de la maison
  • Une ou deux fosses pour filtrer les particules grasses et les résidus présents dans les eaux grises
  • Un biofiltre
  • Un tube de sortie

Comment les eaux grises sont-elles traitées par le jardin drainant ?

Toutes les eaux grises de la maison sont dirigées dans un même tube jusqu’à une unité de traitement primaire, fonctionnant comme une petite fosse septique. Au cours de cette première étape de traitement, les particules les plus grosses que peuvent charrier les eaux grises telles que des restes de nourriture, des épluchures de fruits et légumes, etc. sont filtrées.

Ensuite, elles sont acheminées vers le biofiltre, où elles ruissellent sur des pierres entre lesquelles sont semées les différentes plantes locales adaptées aux sols saturés en eau.

Lors de son cheminement, l’eau est nettoyée par à la fois par les pierres et par les plantes. Les pierres travaillent alors comme un filtre, tandis que plantes s’alimentent de la matière organique et des nutriments contenus dans les eaux résiduelles. En dégageant de l’oxygène dans l’eau, les plantes permettent aussi d’accélérer la dégradation des agents pathogènes.

L’eau filtrée par le jardin drainant n’est pas propre à la consommation humaine mais peut être utilisée pour arroser les cultures en période sèche par exemple.

IMG_2724

Le jardin drainant de la Casa Tuba, à blueEnergy Nicaragua

« Le jardin drainant est un système totalement naturel et efficace pour traiter les eaux résiduelles. Son coût d’installation et de maintien est très faible, et il se construit avec des matériaux locaux et faciles à entretenir » a expliqué Shayra Ebanks, responsable du Programme Eau & Assainissement à blueEnergy Nicaragua lors de la visite du bureau français en février 2017.

L’expérience s’étant révélée très efficace, et répondant aux critères du MINSA (Ministère de la Santé Nicaraguayen), avec lequel blueEnergy collabore pour chacun de ses projets d’Eau et Assainissement, elle sera prochainement répliquée dans d’autres emplacements au sein des quartiers périurbains de la ville de Bluefields.

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*